Actualités

L’ONCA au service de l’agriculteur marocain

image 3

Créé en 2013, l’ONCA a contribué pleinement à la mise en œuvre de la stratégie agricole marocaine. Son rôle est primordial puisqu’il s’agit de travailler sur l’élément central, qui est l’agriculteur, le conseiller, l’accompagner et lui transmettre les dernières avancées technologiques agricoles. Pour ce faire, le MAPMDREF a dressé une stratégie baptisée «la Stratégie Nationale du Conseil Agricole».

 

«L’ONCA adopte une nouvelle approche territoriale de conseil agricole basée sur le rendement et la durabilité»

Depuis l’avènement du Plan Maroc Vert en 2008, il y a eu réorganisation de plusieurs institutions d’accompagnement à l’opérationnalisation de la stratégie nationale du développement agricole et rural. Il s’agit d’organismes à vocation, à la fois, transversale et sectorielle. L’Office National du Conseil Agricole (ONCA) qui faisait partie de ces institutions a été crée en 2013, il visait pour mission principale à dispenser un conseil agricole de proximité au profit de l’agriculteur marocain, tous secteurs confondus et ce, afin de contribuer à la réussite et l’atteinte des objectifs assignés lors de la formulation des plans agricoles régionaux.
A l’origine, la mission de la vulgarisation agricole était dispatchée au niveau de plusieurs établissements (centre de travaux «CT», centre de mise en valeur agricole «CMV»,…) dont le profil du vulgarisateur agricole constituait l’ossature du métier.
Par la création de l’ONCA, il y a eu une sorte de convergence de tous les efforts et également de toutes les compétences hautement qualifiées et qui disposent de plusieurs années d’expérience sur le terrain et ce, à travers leur redéploiement depuis les centres de travaux et les centres de mise en valeur agricole pour intégrer le personnel statutaire de l’ONCA.

 

Outils et dispositifs

L’ONCA a été fondé sur une stratégie claire et bien définie, baptisée la Stratégie Nationale du Conseil Agricole (SNCA) qui se base d’ailleurs sur trois axes principaux à savoir le pilotage et la coordination du dispositif national du conseil agricole, la mise en oeuvre du partenariat public – privé notamment avec les fédérations interprofessionnelles, les chambres d’agriculture et les coopératives agricoles, essentiellement féminines ainsi que sur l’organisation du métier du conseiller agricole privé et son déploiement au niveau national dans le cadre de la contractualisation.

Sur la plan opérationnel, malgré la limitation des moyens humains et le vaste territoire à particularités et à spécificités différentes, l’ONCA a mis en œuvre un certain nombre d’outils et de dispositifs lui permettant d’opérationnaliser davantage sa stratégie.


2.3 millions de bénéficiaires

En effet, l’Office National du Conseil Agricole a réalisé depuis sa création plus de 253.000 actions de conseil agricole avec un mode d’intervention adapté à l’action de conseil et au message à véhiculer aux agriculteurs et aux professionnels. Les actions de conseil agricole réalisées dans différentes filières de production et au niveau de l’ensemble du territoire national ont eu lieu sous forme de journées de sensibilisation d’animation et d’information, de visites d’encadrement individuelles, des journées de formation, des journées thématiques, FFS et des voyages d’étude. Les journées de sensibilisation et les visites d’encadrement représentent plus de 90% de l’ensemble des actions de conseil agricole.

Le nombre de bénéficiaires des actions de conseil agricole est aujourd’hui, à plus de 2.3 millions d’agriculteurs et de professionnels, dont 950.000 et 973.000 ont bénéficié respectivement des journées de sensibilisation d’animation et d’information et des visites d’encadrement individuelles. Les voyages d’études et les journées de formation ont bénéficié respectivement à plus de 66.000 et 76.000 agriculteurs et professionnels. A côté de ces actions, l’ONCA a réalisé plus de 773 écoles aux champs (FFS) au profit de plus 12.000 agriculteurs focus groupes dont les journées thématiques de formations pratiques sur terrain ont bénéficié à plus de 48.000. L’école aux champs demeure un concept innovant permettant de rehausser le savoir – faire de l’agriculteur et le rendement des exploitations agricoles.
Aussi, l’ONCA a produit , depuis sa création, 39 spots télévisuels de conseil agricole avec environ 1000 passages dans les 3 télévisions marocaines Al Oula, 2M et Medi1 TV, 4 films pédagogiques et environ 700 émissions radiophoniques dont plus 150 émissions hebdomadaires de 25 mn et plus de 550 émissions quotidiennes de 3mn.

Aussi, un centre d’appel administré par un staff spécialisé composé de conseillers agricoles de l’ONCA permet de traiter toutes les préoccupations des agriculteurs qui demandent une assistance technique directe et personnalisée. Ceci devra se consolider par l’opérationnalisation et la dynamisation d’une plateforme d’échange baptisée «ARDNA» qui constituera un espace d’échange d’informations et d’expériences, ouvert aux chercheurs, aux professionnels et aux agriculteurs.

Autre priorité pour l’ONCA, l’instauration d’une culture entrepreneuriale dans le tissu des coopératives qui constituent l’ossature même de l’agriculture solidaire du Pilier II du Plan Maroc Vert avec un potentiel de 8500 coopératives agricoles (60% de l’effectif national des coopératives) encadrant plus de 350000 adhérents dont 35% des coopératives féminines.

Dans ce sens, l’ONCA déploie des efforts énormes en matière d’accompagnement des coopératives en termes de financement et de gouvernance. Ce chantier structurant a démarré à travers l’organisation de forums des coopératives au niveau de sept provinces. L’objectif de ces rencontres est de dresser un bilan des actions de l’ONCA auprès de ces organisations professionnelles et de trouver des pistes d’amélioration et de partenariat.
En effet, l’ONCA œuvre pour la pérennisation des efforts investis par l’état à travers notamment des actions de formation et d’accompagnement de ces coopératives pour qu’elles puissent devenir complètement autonomes et migrer vers l’approche «coopérative entrepreneuriale» plutôt qu’une simple coopérative.


Associer le conseil agricole privé dans la mise en œuvre de la stratégie nationale du conseil agricole

Face à la limitation des ressources humaines et le départ continu en retraite du personnel de l’ONCA, il y a eu adoption de la loi 62-12 qui a permis de dépasser cette contrainte et ce, par l’institution d’une sorte de contractualisation avec les conseillers agricoles privés agrées qui vont assurer la fonction du conseil agricole.

En effet, la commission habilitée à délivrer les agréments a accordé jusqu’à l’heure actuelle 400 agréments travers le territoire national et qui couvrent toutes les filières, animales, végétales et transverses.

 

"L’accompagnateur de référence de l’agriculteur marocain"

Malgré la limitation des ressources humaines et le vaste territoire à couvrir, l’ONCA a déployé un grand effort pour assurer un conseil agricole de proximité. En effet, des outils innovants ont été développés dans le cadre de la stratégie nationale du conseil agricole. Des défis à relever et des opportunités à saisir !


L’ONCA a été institué dans le but d’accompagner l’opérationnalisation du PMV dans le volet conseil agricole. Pourriez-vous nous présenter les éléments clés de la mise en œuvre de la stratégie adoptée dans ce sens?

L’objectif principal de la création de l’ONCA est l’accompagnement de la mise en œuvre du Plan Maroc Vert. Ceci se manifeste par le pilotage des actions de la Stratégie Nationale du Conseil Agricole (SNCA) réalisé en parfaite concertation avec nos partenaires publics et privés à travers la formalisation de partenariats.

Actuellement, nous sommes en cours d’opérationnaliser la deuxième phase de la SNCA à travers l’instauration du principe de régionalisation de nos actions et la responsabilisation de nos directeurs régionaux à adopter l’approche territoriale par la formulation de plans régionaux de conseil agricole et c’est ainsi que nos conseillers agricoles commencent à être mobiles au niveau de leur territoire avec une approche de conseil personnalisé et axé sur les résultats.
Notons que sur le plan opérationnel, nous avons développé un arsenal d’outils innovants permettant d’atteindre les objectifs qui nous sont assignés. Sur le terrain, nous organisons ponctuellement les Ecoles aux Champs ou les Farmers Field Schools (FFS). Il s’agit en fait d’une approche didactique et pédagogique de conseil agricole et de formation à travers laquelle les champs sont les premières ressources pédagogiques.
Nous disposons également d’un centre d’appel géré directement par l’ONCA, d’unités mobiles ainsi que d’un village itinérant. Nous assurons également une présence médiatique via des actions saisonnières à travers la production et la diffusion des spots télévisuels de conseil agricole, d’émissions radiophoniques ainsi que des films pédagogiques.
Toujours sur le plan opérationnel, nous allons promouvoir et perfectionner la plateforme virtuelle de communication et d’appui conseil (ARDNA) qui se veut un espace rassemblant agriculteurs, conseillers, experts et chercheurs permettant de partager les bonnes pratiques, les astuces, les success stories et tout sujet d’intérêt agricole auprès de la communauté agricole. Je tiens également à signaler que dans le cadre du Pilier II (agriculture solidaire) du Plan Maroc Vert, nous déployons des efforts énormes en matière d’accompagnement des coopératives qui sont l’ossature même de l’agriculture solidaire. Dans ce sens, nous avons accompagné plus de 800 coopératives et nous avons œuvré pour la pérennisation des efforts investis par l’état à travers notamment des actions de formation et d’accompagnement de ces coopératives pour qu’elles puissent devenir complètement autonomes et migrer vers l’approche «coopérative entrepreneuriale» plutôt qu’une simple coopérative.


Face à la limitation des ressources humaines et le vaste territoire à couvrir, l’ONCA a accordé des agréments aux conseillers agricoles privés. Qu’en est-il de l’état d’avancement du projet et quelles sont les retombées sur l’opérationnalisation de la SNCA ?

Tout d’abord, permettez- moi de vous rappeler le contexte du recours à cette mesure. Au niveau de l’ONCA, nous assistons à une vague de départ massif à la retraite et il s’agit d’une moyenne de 100 départs chaque année sur un ensemble de 1500 fonctionnaires. Ceci constitue une contrainte importante pour l’office car nous avons un vaste territoire à couvrir et des ressources humaines limitées.

Aussi, l’instauration du statut du conseiller agricole privé permet de créer des opportunités d’auto – emploi pour les ingénieurs, les techniciens et les apprentis agricoles surtout que l’Etat à lui seul, ne peut pas absorber la totalité de nos lauréats des écoles de formation agricole.
Actuellement, 400 agréments ont été délivrés portant sur une durée de 5 ans et ce, sur la base d’un cahier des charges bien défini, ce qui nous permet de satisfaire le besoin de nos agriculteurs en matière du conseil et d’accompagnement et également le besoin de nos partenaires et ce, sous forme d’une contractualisation.
Reste le défi à relever pour que notre petit agriculteur, disposant de moyens limités, puisse accepter ces prestations payantes. Dans ce sens, nous travaillons progressivement pour pouvoir changer sa mentalité à travers un processus de sensibilisation.

Spots Vidéo de Conseil Agricole

Trouver votre conseiller

carte trouver votre conseiller

Nos partenaires

Centre d'information et de conseil agricole

L’ONCA est à votre écoute. Pour toute question, suggestion ou réclamation, veuillez contacter le centre d’information et de conseil agricole sur le 080.200.020.50 du lundi au vendredi de 08h30 à 17h00 (sauf jours fériés)

Lettre d'information